3 questions à Nicolas Thomas - Partie 1

3 questions à Nicolas Thomas - Partie 1

Un esprit de start-up au service de nos clients

Talan Labs a 18 mois !

Dix-huit mois après sa création, Nicolas Thomas, Directeur Général de Talan Labs, fait le point sur la vision technologique, organisationnelle et métier de l’entité.

Cet entretien est divisé en deux parties : la première présente la culture et l’organisation de Talan Labs pour répondre aux enjeux de transformation digitale de ses clients et la deuxième aborde les nouvelles technologies et leur déploiement chez les clients.

Quel regard portez-vous sur les 18 mois écoulés ?

Vaste question à laquelle il n’est pas simple de répondre… Dans l’ensemble, nous avons essayé de créer de la cohérence dans une nouvelle entité qui regroupe des équipes habituées au mode projet d’une part, et plus orientées régie d’autre part. Plus largement, le rapprochement de plusieurs cultures d’entreprise est un défi que nous tentons de relever au quotidien.

Par quels moyens par exemple ?

L’implication et la responsabilisation ! Cela passe par exemple par une délégation des entretiens annuels au plus près des collaborateurs : les chefs de projets, associés aux managers, sont invités à opérer eux-mêmes les entretiens de leur équipe. Outre la pertinence de l’exercice du fait de la proximité immédiate du chef de projet avec ses collaborateurs, c’est aussi l’occasion de responsabiliser l’ensemble des équipes et de les engager dans un projet commun d’entreprise.

Par ailleurs nous sommes convaincus que la passion et la curiosité sont les leviers de la motivation, c’est pourquoi nous soutenons des initiatives internes qui vont des meetup aux conférences en passant par les ateliers, formations ou projets internes. Nous y voyons deux objectifs :

  • Identifier les expertises et leader techniques capables de les animées
    • Créer une vraie dynamique permettant à tous les consultants de s’exprimer en fonction de ses compétences et surtout en fonction de ses appétences.

itw1

Enfin, sur les projets nous cherchons à développer la culture autour de l’erreur. Celle-ci consiste à ne pas considérer l’erreur comme un échec, mais au contraire comme un moyen d’avancer. Dans les rétrospectives des problèmes opérationnels nous nous attachons à étudier et partager la réaction et l’implication des équipes à la résolution du problème plutôt que d’identifier le responsable. Cette culture est portée par la solidarité et la bienveillance au sein des équipes qui travaillent main dans la main sur un même projet. Assumer solidairement et corriger les erreurs ensemble, c’est aussi partager les succès !

Un véritable esprit start-up en quelque sorte ?

Exactement ! Je suis d’ailleurs convaincu du bien-fondé de l’organisation horizontale et en équipes des start-ups. Cette culture de l’initiative et la responsabilisation apporte une véritable émulation au sein des équipes, et donc des capacités d’innovation remarquables. L’objectif prioritaire à garder en tête est l’efficacité, quitte à d’ailleurs déroger à certaines règles pré-établies et à des carcans néfastes à la créativité.

Bien sûr, Talan Labs n’est pas une start-up… d’où l’idée de créer une organisation de type FabLab afin de limiter au maximum les barrières à l’innovation. Chacun de ces laboratoires serait alors responsable d’un sujet ou d’un domaine en particulier et fonctionnerait avec l’agilité nécessaire pour faire avancer les projets. Ces nouveaux modes d’organisation inspirent déjà certains de nos clients, de grands groupes industriels ou financiers, qui s’en empreignent afin d’inventer le management de projets de demain.

Retrouvez la seconde partie de l’interview de Nicolas Thomas, Directeur Général de Talan Labs 3 questions à Nicolas Thomas - Partie 2 : Vers toujours plus d’agilité dans le déploiement des nouvelles technologies.

Etoile Talan
Avatar La Rédaction

La Rédaction

Les Labs de Talan

comments powered by Disqus