Si vous avez un peu de mal à tirer le meilleur de vos daily, que vous soyez développeuse, développeur, ou Scrum Master, vous pouvez agir en proposant une base de plan pour que l’équipe se l’approprie et la fasse évoluer.

Le plan du daily, toujours visible à côté du board (ou de l’écran, au pire du pire

Je vous propose d’expliquer mon approche et ce que je mets en place généralement avec les équipes que j’accompagne.

C’est quoi, déjà un daily ?

Le Daily Scrum, c’est un événement de Scrum.

D’après le Scrum Guide, le daily est un moment dédié à l’équipe de développement de planification et d’inspection. Et oui, chaque jour, on planifie et on s’améliore, avec Scrum ! On attends pas pour ça.

Le daily n’est donc pas un rapport à une tierce personne qui ne fait pas partie de l’équipe de développement (voir en fin d’article un lien vers une explication de pourquoi, le PO ne devrait pas y participer). C’est un moment de collaboration.

Un plan, ou à l’arrache ?

Le mieux je pense, est bien sûr que le daily se passe de façon presque informelle; car cela veut dire que c’est devenu complètement naturel pour l’équipe de communiquer.

Mais avant d’en arriver là, il faut parfois se faire aider pour acquérir les bons réflexes.

Le Scrum Guide propose une approche en trois questions :

Qu’est-ce que j’ai fait hier qui a aidé l’équipe de développement à atteindre l’objectif du Sprint ?

Que ferai-je aujourd’hui pour aider l’équipe de développement à atteindre l’objectif du Sprint ?

Est-ce que je vois des obstacles qui m’empêchent ou empêchent l’équipe de développement de respecter l’objectif du Sprint ?

Le plan du daily

Afin d’aider une équipe qui a du mal à trouver son chemin dans le daily ou qui se démotive pour le faire, je leur propose généralement de commencer à suivre une chose.

Juste une chose. On peut choisir cette chose en fonction du contexte et de l’équipe, mais par exemple, commencez par un élément simple (en plus des 3 questions de base) :

  1. Posez-vous la question en début de daily : l’objectif du sprint est-il en danger ?
  2. Posez-vous les trois questions

Nous allons ensuite agrémenter notre plan de façon empirique, en observant le déroulé du daily, on va savoir ce qui nous manque et ce à quoi nous devons faire attention

Exemple

  1. Le burndown
    1. On en apprend quoi ?
    2. L’objectif est-il en danger ?
  2. Walk the board
    1. Pour chaque élément “non-terminé”, en commençant par le plus prioritaire :
      1. On en parle
      2. Un problème ? (oui ? on en discute après alors)
      3. Comment maximiser le “done” ?
  3. Confiance dans l’objectif ?
    1. Roti de 1 à 4 (pour se positionner) et on note la réponse
    2. On met le burndown à jour
  4. Fin du daily, une discussion à entamer ?

Vous pouvez-voir sur la photo ci-dessus que sur un grand post-it vert, nous affichons l’objectif du sprint, le numéro de celui-ci et, dans le coin haut-droit, on trace la moyenne de confiance dans la tenue de l’objectif.

(en bas du post-it, on note combien d’action d’amélioration nous avons pris ce sprint).

Attention à la complexité

Comme je l’ai dit plus haut, le but n’est pas de suivre le plan. Le plan est une aide pour ne rien oublier dans notre recherche d’amélioration. Je vous conseille de faire attention à garder le plan assez simple pour qu’il puisse facilement devenir un réflexe. Il pourra toujours servir en cas de nouveaux venus.

Pensez aussi à le faire évoluer !! Essayez de nouvelles choses, changer l’ordre des éléments, etc. Et dites-moi comment vous faites vos dailies, vous.

Anecdote : Vous savez pourquoi on fait (souvent) les dailies debout ? Venez le découvrir dans mon court article sur le sujet.

Pour des daily sains et une bonne vie d’équipe, je vous recommande de lire mon article sur la participation néfaste du PO au daily et à quel point ce n’est pas nécessaire quand le PO est au rythme de l’équipe.