Vous vous êtes peut-être rendu compte que les Géants « Cloud Providers » se sont posés au mois de Juin 2018 à Paris pour leurs grandes messes annuelles. Les objectifs sont multiples lors de ce type d’évènement et se ressemblent énormément pour Google et Amazon:

  • faire connaître les dernières fonctionnalités ou les derniers services de leurs plateformes
  • pouvoir échanger avec d’autres clients sur les usages et les bonnes pratiques de chacun.

Google Cloud Summit

Le 5 Juin 2018, Porte de Versailles, Google accueillait l’IT de manière générale. A but commercial (évidement), nous avons exploré de nouvelles idées et les dernières technologies pendant un événement qui réunit clients, partenaires, développeurs, décideurs IT et ingénieurs de Google pour construire l’avenir du cloud. Google a investi 30 milliards de dollars ces dernières années sur sa plateforme Cloud pour devenir leader.

Au fil de nombreuses conférences ayant comme intervenants des acteurs de poids du marché français et mondial, comme Total, Airbus, Dailymotion, BNP Paribas, Natixis, La Redoute, Google a ré-exposé sa stratégie d’implantation et de croissance sur un marché français et mondial du cloud qui reste encore timide, avec seulement 5% de taux de pénétration.

Il ne fallait pas se tromper, ce n’était pas le show dédié à kubernetes (KubeCon) et nous n’avons pas eu le droit à la démonstration de « OK Google, déploie-moi kubernetes avec 8 noeux » (voir). Kubernetes n’est plus piloté par Google mais a rejoint la CNCF (Cloud Native Computing Foundation). La thématique la plus récurrente à mon sens était le Machine Learning (ML). De nombreux speakers, nous ont fait des retours d’expérience de comment ils traitent efficacement leurs données pour créer des produits plus intelligents, augmenter leurs productivités et réduisent leurs coûts. Le Machine Learning semble un acquis tellement Google semble déployer des outils pour faciliter sa prise en main, son adoption et son utilisation. C’est le cas notamment avec AutoML « Vision ». La célèbre compagnie de Mountain View est également très fière de son projet « Open-Source » TensorFlow, une solution d’apprentissage automatique avec plus de 100K étoiles sur github…

Il y a eu plus de 20 sessions visionnaires, stratégiques, techniques et de RetExp autour de la Google Cloud Platform pour :

  • Moderniser son infrastructure
  • Créer de l’Intelligence à partir de ses données
  • Accélérer les développements d’applications (CI/CD)
  • Transformer la collaboration entre des équipes (G Suite)

L’écosystème et les partenaires Google Cloud sont clairement identifiés : pas moins de 30 sponsors étaient présents lors de cet évènement, chacun présentant leurs compétences et des démos technologiques.

AWS Summit

Le 19 juin au Palais des Congrès, AWS accueillait 4500 participants pour son show parisien avec sa punchline : « il n’est plus question de quand mais comment aborder la transition numérique ? Vous faites partie de ceux qui ont décidé d’agir ? »

80% des entreprises du CAC40 utilisent AWS aujourd’hui, en production ou uniquement pour des tests. Est-ce la raison pour laquelle AWS propose désormais une offre 100% hébergé en France ?

Retrouvez la Keynote d’ouverture de Dr. Werner Vogels, CTO, Amazon.com :

Le Machine Learning à l’honneur

L’offre Amazon est bien fourni en terme de machine learning. AWS propose ainsi une stack complète pour le machine learning, avec les frameworks les plus connus sur le marché (Caffe2, CNTK, Pytorch, TensorFlow, Keras, Gluon), et Amazon Sagemaker comme plateforme centrale. Autour de ce socle, AWS a ajouté un certain nombre de services :

  • Rekognition (image et video)
  • Polly (text to speech)
  • Transcribe (speech to text, support du 16KHz et 8Khz)
  • Translate (12 correspondances de langages)
  • Comprehend (analyse des sentiments, entités, langues, sujets, chiffres dans un texte)
  • Lex (apps de conversation)

Il faut passer à du machine learning en temps réel selon Werner Vogels, et pouvoir exploiter les données d’hier et d’aujourd’hui pour prédire ce qui va se passer demain.

Bases de données

Vogels a enfin mis l’accent sur le récent lancement de la version Serverless d’Aurora qui permet à une application composite de s’appuyer sur des services de base de données à la demande démarrable et arrêtable à la volée. Aurora Serverless vise à satisfaire les besoins des applications cycliques ou devant faire face à des pics de charge imprévisibles.

Des grands comptes convertis au cloud

Raphaël Viard, CTO de la SNCF est monté sur scène en digne représentant des grandes entreprises françaises. D’ici 2020, la SNCF va migrer 60% de son parc applicatif vers le Cloud. Contentsquare (plateforme SAAS d’analyse du comportement) et Euronext, (principale place boursière de la zone euro) ont également servi d’ambassadeur de marque d’AWS.

 

Alors ?? Cloud ou pas Cloud ?

Développeur Full-Stack depuis 2002,
Je suis un « Java Web Devops Coding Architect ».
et je prêche « Architecture as Code » !